L’élection européenne : Les leçons qu’on en retient

L’élection européenne est à double tranchant. Les listes d’extrême droite europhobes ou ultra-conservatrices progressent tout comme les listes europhiles et écologistes. L’écologie peut devenir cette ligne de force qui fait progresser le projet européen tout en permettant de répondre concrètement aux enjeux du quotidien comme nous l’illustrons à Loos-en-Gohelle (santé, environnement, emploi durables). C’est en tout cas ce qui se joue !

Les scores à Loos-en-Gohelle sont relativement atypiques. Le RN y est nettement plus bas qu’ailleurs dans le Bassin minier (pour des communes de strates et de composition socio-économiques similaires). L’écart de 17 points séparant les 41% de Loos-en-Gohelle des 58% de Mazingarbe, commune limitrophe, très similaire sur le plan socio-économique, est significatif.

Au final, le score de l’extrême droite est stable à Loos et enregistre même un léger recul (-3 points) par rapport aux européennes de 2014.

Cela ne nous réjouit pas mais prouve que l’écologie et le développement durable ont aussi un pouvoir transformateur dans les urnes. La question reste et demeure celle du changement d’échelle. Les solutions existent, manque leur généralisation à l’échelle des bassins de vie.

Je souhaite que la place confiée aux écologistes au Parlement, et en premier lieu, celle des Verts européens nous permettent d’agir en ce sens. Et je souhaite bonne chance et bon courage à mon ami Damien Carême pour y contribuer activement !

Publicités

Le Président de la République s’est exprimé. Il a fait des annonces. Elles étaient attendues.

Je salue l’inflexion qu’il amorce sur le champ de la transition, mais j’estime que c’est insuffisant.
Par exemple, la création d’un conseil de défense écologique me semble aller dans le bon sens. Au moment de la démission de Nicolas Hulot, j’appelais à la création d’un conseil national de la réshttps://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/030918/un-appel-la-resilience mais qui ne se bornait pas à rassembler les membres du gouvernement, qui élargissait aux acteurs en réseaux porteurs de solutions opérationnelles.
Un travail sur lequel j’ai continué d’avancer : autour du projet de Fabrique des transitions territoriales, dans la foulée du dispositif villes pairs et territoires pilotes de la transition. Il s’agit d’une dynamique unique de modélisation des leviers méthodologiques qu’on retrouve systématiquement dans les trajectoires de transition réussies. Avec en parallèle le dimensionnement d’une stratégie nationale de conduite du changement avec l’ADEME pour les territoires demandeurs !
La commission citoyenne est également une mesure intéressante sur le plan symbolique. L’accompagnement des citoyens dans un tel processus est clé, nous le voyons, nous qui au quotidien impliquons les acteurs dans la prise de décision..
Mais c’est trop peu vis à vis du changement d’échelle attendu.
Celui-ci passe d’abord par la généralisation des solutions déjà à l’œuvre, celles qui, dans les territoires, au sein des réseaux nationaux qui les valorisent (les TEPOS par ex, Labo de l’ESS, 1+Bio, etc.) existent et méritent d’être déployées massivement.
Dans cette logique le cadre national doit aussi évoluer, car le modèle capitaliste et libéral qui dirige notre économie ne permet pas de changer de modèle. A cet égard, l’évolution dans le mode de formation des élites mériterait de placer la transition et les territoires au coeur du programme !
En conclusion, on est encore loin de répondre aux enjeux du dérèglement climatique. Les ONG appellent à un état d’urgence climatique. Je partage leur appel. C’est à ce niveau d’ambition qu’il faut s’engager désormais.

CAP Ecotransition

Porteurs de projets de transition, notez votre rendez vous d’affaires sur les différents champs de la REV 3 et de l’éco-transition. L’agglo Lens Liévin attend vos propositions : https://www.cap-eco-transition.fr/deposez-votre-candidature

France Culture parle de Loos-en-Gohelle.

La radio France Culture a réalisé un reportage sur la commune lors de Faites in Loos le 24 novembre dernier et au début du mois de janvier. Ce reportage sera diffusé ce jeudi 14 février prochain, entre 17h et 18h sur France Culture dans l’émission La Série Documentaire.
 
Si jamais vous ne pouvez pas l’écouter en direct, l’émission sera ensuite consultable sur le site de France Culture.

J’ai eu le plaisir de répondre aux questions de Véronique Marchand dans l’émission de FR3 région « Dimanche en politique ».

A revoir ici
Merci à l’équipe de journalistes d’avoir pris le temps de cette interview croisée avec Damien Carême, qui m’a permis de revenir sur le sens donné à la transition écologique, économique et sociale du Bassin Minier, de mettre en avant nos résultats sur les plans énergétiques, alimentaires, démocratiques, économiques…
On ne construit pas l’avenir en reniant le passé. Cela fait 30 ans que nous impliquons les acteurs et citoyens pour faire la ville avec nous ! Une démarche qui porte ses fruits, indispensable pour conduire la transition et inventer un nouveau modèle.

Libération nous consacre un article au sujet de la transition écologique, juste et solidaire, engagée à Loos-en-Gohelle.

Pour lire cet article c’est ici

Bonne lecture !

Transition écologique et justice sociale : les médias nationaux à la recherche de réponses sont venus à Loos-en-Gohelle !

Retrouvez les reportages ici :
  • France 3, diffusé le mardi 4 décembre : c’est ici
  • TF1, JT de 20h du 7 décembre : c’est ici

Ces derniers jours, on a beaucoup vu et entendu Loos-en-Gohelle dans les médias

 
D’abord sur France Info qui a passé la journée dans la commune, pour voir mon interview c’est ici. D’autres Loossois ont également été interviewés, vous pouvez retrouver leurs interviews sur la page Facebook de France Info rubrique vidéo.
 
Puis M6. Vous pouvez voir le reportage sur M6 Replay en suivant ces étapes : Info & Société – 19h45 – journal du lundi 3 décembre.
 
Et enfin, France 3 diffusera ce soir à 19h le reportage tourné ce matin sur la transition écologique, sociale et économique de la commune.

Après la visite surprise du président de la République, j’ai eu le loisir samedi de découvrir cette vidéo du député France insoumise François Ruffin sur RTL.

Il prend Loos en exemple d’une écologie populaire qui apporte des alternatives concrètes et des réponses tangibles aux problèmes des gens et du climat.
Intéressant de constater que l’écologie de terrain, participative, parle autant au Président de la République qu’à son opposition.
Pour regarder cette vidéo c’est ici

Communiqué de presse suite à la visite du Président de la République Emmanuel Macron sur les terrils de Loos-en-Gohelle, vendredi 9 novembre matin.

Du haut du terril, prendre appui sur la mémoire des grandes batailles pour dessiner l’avenir…

J’ai appris hier, tard dans la soirée, que le Président de la République Emmanuel Macron demandait à gravir les terrils du 11/19.

Une demande non prévue au programme officiel, spontanée, pour mieux comprendre l’histoire du Bassin minier, et du fait de sa transformation, les réponses qu’il apporte.

Les élèves délégués du collège René Cassin l’accompagnaient dans ce périple. Choisis pour leur civisme et leur implication, ils ont eu la surprise ce matin même alors que leurs parents n’étaient pas au courant, d’accueillir avec moi le Président !

Dans cette ascension ardue – il fallait être bien chaussé – j’ai pu lui décrire la trajectoire des 30 dernières années et notre méthode de conduite du changement : le fait qu’on ne construit pas l’avenir en reniant le passé, la culture comme levier de transformation de regard, les différentes étapes du renouveau démocratique avec la montée en puissance progressive de l’implication des habitants et des acteurs dans les projets de la ville, la mise en place de politiques publiques sur tous les champs du développement durable, de la transition énergétique aux circuits courts alimentaires, et nos résultats concrets, évalués notamment sur le plan économique…

Du haut du terril, il a pu admirer ce territoire démonstrateur de la Troisième Révolution Industrielle – que le prospectiviste américain Jeremy Rifkin appelle la Biosphère Vallée – et sa turbine, la Base 11/19, ancien carreau de fosse reconverti en pôle d’excellence des écoactivités, qui regroupe le Cd2e et ses différents clusters, le CERDD et son observatoire climat, le CPIE Chaîne des Terrils, la scène nationale Culture Commune, le pôle de compétitivité sur l’économie circulaire Team2, le CFA Sainte-Barbe qui forme de jeunes apprentis aux métiers du bâtiment de demain…

J’ai expliqué comment, dans notre territoire, la transition prend un virage opérationnel.

Fort de nos expériences, j’ai pu affirmer au Président que changer de modèle, c’est d’abord changer l’échelle des solutions déjà à l’œuvre au niveau local.

Le Pôle métropolitain de l’Artois – qui rassemble les agglomérations de Lens Liévin, Béthune Bruay et Hénin Carvin soit 650 000 habitants – joue sa part dans cette bataille. Le projet de Turbine de l’écotransition vise justement à accélérer et massifier la transition écologique, économique et sociale.

Devant l’urgence des transitions, le chemin que la France doit prendre est pentu, glissant, comme la ravine d’un terril, mais c’est la seule issue face aux dérèglements du climat, l’effondrement des ressources et l’accroissement des inégalités.


Jean François CARON

Maire de Loos en Gohelle

Rejoignez 3 696 autres abonnés

suivez moi sur twitter

Archives

Publicités