Mon intervention en clôture séminaire « Rifkin »

Nous avons croisé nos regards, nos approches pendant presque trois jours.
C’est un exercice dense et riche. Exigent pour toutes et tous. Je remercie sincèrement tous les participants d’avoir joué le jeu. Nos groupes de travail bien sur mais aussi Jeremy Rifkin et ces experts. Nous sommes réellement en train de co écrire le masterplan, notre masterplan. C’est la première fois que J.Rifkin est confrontée à cette exigence d’échange. Cette remarquable dynamique de coopération est une chance, un levier pour la suite.

Ce que je retire de ces trois jours :

– Nous devons partir du besoin, de l’usage pour faciliter l’appropriation : l’efficacité énergétique ne se résume pas qu’à une solution technique, la sobriété encore moins.

– Partir du besoin, de l’usage permet aussi le bon dimensionnement de la réponse

– La conduite de changement est au cœur de la troisième révolution industrielle. Question omniprésente pour l’habitant, pour l’élu, pour l’entreprise

Cela nous confirme l’importance de l’économie de la fonctionnalité qui met l’usage au cœur de sa démarche. L’importance aussi de l’éducation et de la formation

– Les enjeux se résolvent par une approche systémique et sur les territoires. Cela fait apparaître des enjeux de cloisonnement, de synergie. Il nous faudra dépasser la compétition entre les territoires. L’échelle régionale, dans son rôle possible d’ensemblier me semble du coup être renforcée.

– au-delà des besoins financiers importants pour la mise en œuvre, nos modèles économiques doivent s’inventer à partir de la preuve des gains obtenus (ex : financer l’efficacité au regard de la facture énergétique dans notre balance commerciale : imaginer ce que l’on peut faire avec 60 milliard d’euros, notre facture énergétique

Quelques conditions de réussites pour la suite :

– formuler la vision pour la région, les principes, l’illustrer
– continuer la co-écriture du master plan pour maintenir la dynamique et l’implication des acteurs/habitants
– revendiquer un droit à l’expérimentation : nous avons demandé le statut de territoire démonstrateur au premier ministre.
– Lever les freins règlementaires
– Développer des démonstrateurs technologiques, territoriaux, comportementaux
Nous pouvons le faire avec appel au volontariat mais il faudra des appels à projets afin de stimuler les initiatives
– Il faudra montrer les gains obtenus (financiers, articuler emploi)
– Nous devons enfin grâce à cette nouvelle grille de lecture réorienter les investissements lourds vers la recherche, l’innovation…

Conclusion

Si je suis à cette tribune, c’est parce que je préside la commission Transformation Ecologique et Sociale de la Région. C’est un chantier engagé avec le Président de Région très volontariste sur le sujet. C’est le cœur de notre majorité, de notre exécutif.

Il s’agit de neuf opérations de développement autour de grands enjeux régionaux comme l’eau, l’énergie, l’alimentation, le démantèlement de la filière nucléaire, la rénovation de logement, … :

– nous partons d’un ou de biens communs qui préoccupent une communauté (jeremy rifkin à parler hier en groupe de travail des « commons »)
– nous réunissons les acteurs concernés par l’enjeu (cartographie des parties prenantes)
– nous les réagencons (ce que nous appelons le 4eme facteur).Comment chacun fait bouger ses lignes.
– nous tentons de réintégrer les externalités négatives dans nos raisonnements

La TESR ne considère pas les biens communs comme la victime collatérale du développement. Au contraire, la reconquête de ces biens communs légitime notre intervention publique, et elle est porteuse du développement d’activité et d’emploi.

Le but, au final, est de faire apparaître progressivement un nouveau modèle de développement. La 3ème révolution industrielle est au cœur de ces questions.

Notre région est très marquée par son passé (fier aussi, c’est pourquoi nous avons obtenu le classement du bassin minier à l’Unesco), ça nous oblige à bouger, à anticiper, à investir. Nous avons déjà ouvert des chemins. Avec votre venue nous pouvons amplifier nos démarches, les accélérer. C’est notre chance. Cela peut-être la votre Cher Jeremy Rifkin.
Nous ne sommes qu’à la moitié de notre travail. Il faut parachever l’ouvrage et penser sans relâche au passage à l’acte ! Gardons cette dynamique, amplifions nos schémas, nos politiques.

Publicités

0 Responses to “Mon intervention en clôture séminaire « Rifkin »”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Jean François CARON

Maire de Loos en Gohelle

Rejoignez 3 233 autres abonnés

suivez moi sur twitter

Archives


%d blogueurs aiment cette page :