Actualisons le SRADT

La semaine dernière, la Région réunissait 550 acteurs de la Région pour une révision et mise en perspective du Schéma Régional d’améngement et de développement du territoire. Des débats riches, en particulier sur les enjeux auxquels la Région aura à faire face: le vivre ensemble, le développement maritime, la gouvernance, la résilience du terriroire…

J’intervenais dans la table ronde relative à la prospective et à l’avenir auquel nous attendre, aux côtés de Martin Vanier, Patrice Quinchon, Olivier Lacoste et Arnaud Degorre.
Voici ce que j’y ai dit:

Nous sommes confrontés à une période difficile. Il nous est difficile de nous projeter, de penser l’avenir, devant la multiplicité des crises, leurs inter-relations, la complexité du monde.
Cela est caractéristique d’un changement de civilisation.

1/ Il faut reconsidérer le développement, et pour cela, sortir de la logique du plus et de la croissance pour la croissance, qui oriente encore toutes les politiques publiques, pour se poser clairement la question de quel développement voulons nous.
C’est une évidence désormais, le modèle de développement actuel n’est plus durable, et en plus, il ne rend pas heureux. Notre société, tendue, crispée, qui se réfugie dans la consommation, dans les comportements addictifs, dans la consommation de psychotropes, le montre chaque jour. Face à cela nous avons tendance à réagir soit par la fuite en avant, soit par le repli, un peu comme si cette complexité nous tétanisait.
Il nous faut inventer un modèle nouveau :
-Où est vraiment la richesse ? Comment la produire ?
-Quel est le sens vers lequel nous tendons ?
-L’importance du vivre ensemble
-analyser, construire les conditions de la résilience pour se détacher du modèle ancien

2/ Il nous faut construire une transition.
Face à cette complexité, à la désespérance, il faut reconstruire des espaces, donner du pouvoir aux gens, les mettre en situation d’agir, en responsabilité.

Compte tenu de la difficulté grandissante de l’accès aux ressources, il faudra encore plus lutter contre l’accentuation des ségrégations, économiques, sociales.

Pour cela, il faut changer de méthode d’intervention publique : faire en sorte que celle-ci sorte de la verticalité et du thématique pour agencer les acteurs autour d’enjeux de fond à traiter dans leur intégralité, sous tous leurs aspects, et avec toutes leurs parties prenantes. Ces « opérations de développement » sont en cours de test à la Région.

3/ Il faut aimer le siècle qui s’annonce.
Pour bouger, pour changer le monde, la peur et le désir sont les deux moteurs les plus forts. Aimer le siècle, le voir arriver sereinement, cela implique de travailler la question de la confiance. Se redonner des latitudes, des prises. De nouvelles approches se font jour, des signaux faibles des futurs comportements, comme les slow cities, les mouvements de la lenteur par exemple. Il faut imaginer, créer, oser des choses. Et de ce point de vue, les questions de gouvernance et d’intelligence collective sont essentielles

Publicités

0 Responses to “Actualisons le SRADT”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Jean François CARON

Maire de Loos en Gohelle

Rejoignez 3 233 autres abonnés

suivez moi sur twitter

Archives


%d blogueurs aiment cette page :