ci joint mon intervention lors d’environord mardi

Les aspects techniques et financiers du changement de modèle ont été longuement évoqués. Les enjeux de la recherche aussi.

Mais ce qu’il faut évoquer si l’on veut réaliser effectivement ce changement de modèle, c’est la vision sociétale, les aspects culturels du changement.

Si l’on reste dans des approches technicistes, on peut partir aussi sur des modèles qui développent les OGM, le déstockage du carbone…

Quels sont les ressorts de cette crise ? C’est une crise structurelle. Le modèle de développement sur lequel nous sommes est mortifère. Il butte sur les limites des ressources de la planète. Il génère sa propre destruction. Il est inégalitaire.

Il nous faut donc viser un nouveau modèle. La question n’est plus pour ou contre la croissance . la question est de redonner du contenu au mot développement, à ce qu’on appelle la richesse, et à prendre au sérieux la notion de progrès.

Dans ce contexte, le discours ne peut plus être : produisons toujours et des biens particuliers pour constituer du PIB, et ensuite un jour on sera assez riche pour se payer du bien commun.

Ce qu’il faut faire, c’est construire de sa performance par l’intégration du bien commun au cœur de la valeur ajoutée. C’est un changement complet des modes de production et de consommation.

Le CD2E s’est bâti là-dessus et non pas juste pour développer un nouveau créneau de marché. Pour répondre à un vrai besoin de société.

Après presque 10ans d’action, la prise de conscience progresse et les choses s’installent, au-delà du seul « effet de mode ». Le pôle d’excellence régional reconnu dans le cadre du SRDE permet de donner de la structure à la gouvernance de l’ensemble et produit des effets de seuils : les éco-matériaux, l’analyse en cycle de vie … progressent.

A l’avenir, le cluster en éco construction, le pôle sur l’efficacité énergétique, le centre ressource sur le solaire viendront étoffer encore l’activité.

Tout cela fait démonstration.

Pour atteindre ce changement le modèle, l’enjeu sur les politiques publiques est énorme. On peut jouer sur la construction d’une fiscalité intelligente et qui contribue à ce changement culturel. On peut jouer sur des politiques de soutien et d’appui.

Mais au-delà de ces leviers identifiés, il faut chercher à faire autrement, à construire des réponses adaptées aux enjeux.

C’est l’objectif visé par les assises de la transformation écologique et entreprises par la Région.

Construire des modes opératoires qui rassemblent les acteurs autour d’opérations de transformation.

Un exemple : réhabiliter 100 000 logements pour être plus efficaces d’un point de vue thermique, ça produit de l’activité et de l’emploi, ça réduit la précarité énergétique et reconstitue du pouvoir d’acaht, et c’est bon pour la planète. Réussir cette opération constituerait un pas vers un modèle économique vertueux.

Les rencontres Environord sont là pour ça. Montrer des solutions, échanger sur ce qui fonctionne ou pas, bâtir des stratégies collectives pour que notre région devienne un haut lieu du changement de modèle de développement.

Publicités

0 Responses to “ci joint mon intervention lors d’environord mardi”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Jean François CARON

Maire de Loos en Gohelle

Rejoignez 3 166 autres abonnés

suivez moi sur twitter

Archives


%d blogueurs aiment cette page :