Programmes pour les régionales- lectures comparatives (5)

Voyons ce que raconte celui du Front de Gauche.

Le programme du Front de Gauche couvre un éventail très large de sujets mais présenté surtout comme un catalogue de mesures. Il est difficile d’y voir l’objectif visé, et comment les mettre en œuvre. Il liste énormément de mesures, de création de fonds, voire de réductions de montants de taxes mais, en ces temps de crise, la question du financement de l’ensemble (forcément par l’impôt) n’est pas évoquée.

Pour autant, le programme du Front de Gauche s’efforce d’insister sur des valeurs humaines de solidarité et de vivre ensemble auxquelles nous sommes nous-mêmes attachés.

Le volet économique est le premier qui saute aux yeux. Au regard de la difficulté que rencontrent les salariés dans la région, c’est normal. Mais le Front de gauche sort ses armes classiques, impossibles à appliquer juridiquement : empêcher les licenciements, les délocalisations…
Par ailleurs, il demande la mise en place de nombreux fonds
-un fonds Etat/Région/Europe/collectivités…pour créer des emplois pérennes (50 000 par an). Sur quoi ? Comment ?
-Un fonds encore pour l’emploi et la croissance, sous formes d’aides directes aux entreprises remboursables
-un grand plan d’investissement dans la HQE pour créer 15000 emplois. Là, on ne peut pas être contre.
-Plus accompagner les filières industrielles (sans autre explication), le triplement du budget recherche, le soutien à l’innovation (sans détail du quoi).

Un réflexe en quelque sorte, pour recréer de l’emploi que l’on voit disparaître inexorablement. Mais puisque c’est le système en place qui provoque ces pertes d’emplois en chaîne, comment croire que c’est juste en mobilisant plus d’argent qu’on arrivera à endiguer le phénomène.
Il nous faut une stratégie, un nouveau modèle à construire, une réflexion sur ce que l’on vise, l’adaptation à une société décarbonée, une anticipation, un accompagnement des salariés bien anticipé, à ces mutations…

Le modèle actuel des aides publiques directes ne fonctionne pas. Il est en place depuis le début du développement industriel et n’a pas empêché le développement des inégalités, la destruction des ressources, les maladies professionnelles… le renforcer ne fera que renforcer tous ces effets néfastes sans apporter plus de solution.

La clé est dans la construction d’un développement durable, responsable et social. Le Front de gauche en a fait un chapitre de son programme (il faut bien, l’écologie, c’est de saison), mais complètement dissociée de volet développement alors que c’est le cœur. Parmi les mesures, la plus illustrative de ce décalage est celle qui propose de mobiliser 1% de chaque politique thématique pour faire du développement durable. 1%. 1% de développement durable pendant que le reste peut rester non durable. Sans commentaire.

De ce fait, les mesures listées sous ce vocable, qui sont importantes pourtant, ne portent risquent de rester à la marge du système: encourager des productions locales, insérer des clauses environnementales et sociales dans els marchés publics de la Région, développer l’isolation thermique, éduquer au développement durable. Certaines mesures sont listées mais ne pourraient être mises en œuvre que dans le cadre d’une grande transformation des pratiques, et certainement pas comme mesure isolée : lutter contre l’étalement urbain, agir sur la santé en limitant les risques industriels et professionnels, freiner la disparition des terres agricoles.

Par contre, toujours dans ce volet économique, des réflexions intéressantes sont à souligner, qui méritent qu’on s’y attarde :
-créer une agence de notation économique qui évalue les projets au regard de l’emploi, des progrès écologiques, et de la formation des personnes, le tout co-animé par la Région, les entreprises et les salariés. Voilà un moyen d’action que je trouve assez intéressant en termes de transformation, et qui s’apparente aux logiques d’agencement des acteurs autour des vraies questions et du bien commun, telles qu’Europe Ecologie les propose.
-créer un service public de la formation, et refuser que la formation ne devienne une marchandise. La région a mis en place, sous l’impulsion de Florence Lecocq, le cadre de ce service public de la formation. C’est un terrain d’entente.

De même, dans d’autres secteurs de son programme, le Front de gauche rappelle des valeurs et des combats sur lesquels il convient de ne pas baisser les bras et d’outiller les habitants :
-l’égalité hommes – femmes, en matière économique
-l’insertion à travers la formation
-l’éducation populaire, en matière de culture
-la création d’espaces de formation à la citoyenneté et à la démocratie, pour la jeunesse
-la lutte contre les discriminations, l’organisation ‘un sommet européen et d’actions sur les migrants, le développement de projets locaux de solidarité internationale, la promotion de la paix et du désarmement, le soutien actif au droit à l’avortement…

Pour le reste, le programme du Front de Gauche liste beaucoup d’actions couteuses visant à pallier au désengagement de l’Etat : en termes d’emplois hospitaliers, de moyens alloués au SAMU, de logement, logement étudiants, d’éducation…

Il reprend par ailleurs des actions menées par la Région comme le développement de maisons de santé pluridisciplinaires, la rénovation des logements dans le bassin minier, le soutien aux filières sanitaires et sociales, les incitations à l’implantation de médecins en Nord Pas de Calais, l’organisation des transports en commun de voyageurs et les systèmes de tarification coordonnés, leur accessibilité aux personnes handicapées.

Publicités

1 Response to “Programmes pour les régionales- lectures comparatives (5)”


  1. 1 Cuvelier mars 4, 2010 à 12:11

    Bonjour,
    Je me permets de répondre sur un point de votre analyse du programme (synthétique certes, mais le programme global faisant 80 pages est disponible pour améliorer votre anayse), concernant le développement responsable, écologique et social, ayant été la responsable de cette thématique pour notre programme. Pour vous préciser dans un premier temps que c’est un travail collectif de personnes d’horizons politiques différents mais proches, à l’image de la liste « l’humain d’abord », et de personnes non politisées, dont des chercheurs. Une dizaine de personnes motivées et convaincues par cette question vitale, qui ont souhaité apporter leur contribution par conviction et non par effet de mode !! Eh oui il peut y avoir des gens convaincus par le développement durable et qui ne soient pas à Europe Ecologie…
    Je vous propose ci dessous l’introduction de cette partie de notre programme (disponible dans le programme complet) qui vous donnera un éclairage sur notre point de vue, même si j’imagine que vous ne le partagerez pas.
    Dans un deuxième temps vous préciser le 1% de financement. Ce n’est bien évidemment pas ce que nous avons exprimé, les synthèses ont parfois des effets néfastes… Les propositions de financement sont de la même façon précisées dans le programme complet, mais je me permets de les remettre ci dessous :

    « – Création d’un Fonds Régional d’Actions HQE qui viserait à accroître le financement des opérations précédentes.
    Les différentes opérations seraient financées par des crédits à taux quasi nuls ou par le biais de subvention en fonction du potentiel fiscal du requérant.
    Ce fonds serait alimenté par des moyens financiers provenant de l’Etat – Région – Europe mais aussi avec une participation financière des grandes entreprises régionales et des banques. Sa gouvernance serait assurée de manière paritaire par les Pouvoirs Publics – acteurs économiques – acteurs sociaux et les forces citoyennes.

    – Consacrer 1% du budget de chaque politique régionale au développement responsable (en complément du budget alloué à la politique « développement responsable », ceci pour signifier le caractère transversal de cette thématique et impliquer chaque politique dans une démarche de développement responsable, écologique et social ».

    Enfin je tiens également à vous inviter à prendre connaissance de la partie traitant du transport (toujours dans le programme complet) directement lié au développement durable de notre point de vue… J’ai moi même fait l’analyse de comparaison concernant cette thématique entre votre programme et le nôtre. Je suis extrêmement désolée de vous annoncer que nos points de vue sont très proches…

    Restant à votre disposition,
    Avec mon plus profond respect,

    Marielle CUVELIER
    PCF
    Conseillère Régionale

    Introduction
    « Après l’échec du sommet mondial sur le climat de Copenhague et l’incapacité des pays capitalistes à s’emparer des enjeux environnementaux, l’idée que le capitalisme lui-même est le problème est montée très fortement. Les crises sociale, économique et environnementale ont montré la nécessité impérieuse d’engager un vrai changement de système économique et appellent une remise en cause profonde de nos modes de production et de consommation pour une vraie préservation de l’environnement.
    L’environnement est certes l’affaire de chacun au quotidien dans son comportement individuel mais aussi une affaire des politiques qui doivent impulser les changements de comportement au niveau des institutions, des entreprises, des citoyens, ceci au plan international, national, régional voire plus local, au niveau des communes.
    Il est primordial aujourd’hui de mobiliser et d’agir localement, de travailler collectivement à relever les défis environnementaux en associant les citoyens, pour développer du lien social, pour remettre les valeurs humaines au cœur de notre société, au cœur des projets. Il est néanmoins important de ne pas accentuer les privilèges de classe, que l’écologie ne soit pas un privilège.
    La Région Nord – Pas de Calais a hérité d’un passé industriel qui a pesé sur la qualité de son environnement et de son cadre de vie. Les premiers responsables de cette situation sont les acteurs économiques qui, par leur activité polluante génératrice de maladies professionnelles et de dégâts environnementaux, ont contribué activement à cette dégradation, aux lourdes conséquences pour notre territoire.
    L’intégration de la dimension environnementale doit, aujourd’hui, faire pleinement partie de toutes les activités économiques et industrielles développées en Nord – Pas de Calais.
    On recense en Région Nord – Pas de Calais encore quelques 150 sites pollués, 10 000 hectares de friches industrielles soit la moitié des friches industrielles françaises, une production de déchets industriels spéciaux de près de 20 % de la production nationale, des rejets de polluants aqueux et gazeux en lien direct avec l’activité industrielle et la densité démographique régionale.
    Face à ce constat, l’institution régionale a consacré des dépenses importantes pour les investissements de protection de l’environnement en se positionnant en tête du classement national des dépenses dévolues à ce fléau.
    Malgré cette intervention volontariste, notre Région reste classée 86ème sur l’ensemble des régions européennes en terme de qualité environnementale de son territoire.
    Au niveau régional, plusieurs leviers dans des domaines divers peuvent être actionnés : industrie, transports, santé, logement, eau, énergie, déchets, formation, … Le développement responsable, écologique et social de notre Région exige non seulement de limiter les nuisances et les pollutions, de diminuer l’exposition aux risques industriels et naturels, mais aussi de combiner autrement, à travers une planification intégrant ces préoccupations le plus en amont possible, le développement économique, l’équité sociale et le respect de l’environnement sous toutes ses formes, de protection des espaces naturels, boisés et agricoles.
    Car c’est seulement à ces conditions qu’il deviendra possible de relever les défis planétaires du changement climatique et de la révolution énergétique et d’accroître en Nord – Pas de Calais la qualité de vie, la facilité de déplacement en transports en commun, la protection et l’usage de l’espace régional dans sa diversité. Nous devons nous donner les moyens d’être une Région forte et dynamique, solidaire et respectueuse d’un développement responsable, écologique et social. »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Jean François CARON

Maire de Loos en Gohelle

Rejoignez 3 233 autres abonnés

Articles les plus consultés

suivez moi sur twitter

Archives


%d blogueurs aiment cette page :