Programmes pour les régionales- lectures comparatives (2)

Essayons aujourd’hui de regarder le programme du PS:

Le programme du PS pour la région est clairement placé sur le registre de la solidarité. Il est vrai que dans cette période de crise et de tensions, c’est un registre important. Il est indispensable de s’appuyer sur ces valeurs, et de faire en sorte que la puissance publique puisse jouer ce rôle protecteur. Face à un gouvernement qui n’a de cesse que de remettre en case la solidarité nationale, fragiliser les solidarités collectives, d’autres peuvent être tentés de jouer sur la peur de l’autre et la division, c’est au moins un point sur lequel nous sommes d’accord.
Indispensable ; mais pas suffisant pour outiller la région durablement pour s’inscrire dans la réalité actuelle, ni pour la transformer effectivement.

Prenons quelques exemples.
En matière économique, le PS raisonne, tant dans son bilan que dans ses propositions en termes d’emplois sauvés, d’entreprises aidées, mais sans aucune mise en perspectives pour la suite. Ainsi, il concentre son accompagnement dans la difficulté, mais pas dans la transformation. Un accompagnement à passer un cap temporaire, une difficulté passagère en quelques sortes.
C’est un peu comme cela qu’on considérait le chômage dans les années 70. Une difficulté passagère, qui allait s’arranger si l’on boostait la croissance. Avec le recul du temps et l’analyse des ressorts de la crise actuelle, on voit bien que c’est le système lui même qui est à revoir si l’on veut effectivement construire quelque chose de stable, de durable.
Ne pas l’envisager de cette manière, c’est s’engager à nouveau dans un combat sans fin. La plupart de nos concitoyens le voient d’ailleurs et certains pensent, à force, que la puissance publique est impuissante à agir sur le cours des choses.
Pourtant le PS passe aussi au crible des propositions sur les moyens et les méthodes : mobiliser la formation permanente (important champ de compétence des régions), développement de pôles d’excellence, afin de fédérer les acteurs et les faire travailler ensemble sur certains secteurs, soutenir l’innovation, développer les NTIC…
Indispensable là aussi, mais là encore, le PS raisonne dans le système en place, pour produire de la croissance dans les mêmes termes quantitatifs. L’innovation par exemple est envisagée le plus souvent au sens d’innovation produit, pour saisir des marchés, au sens de la seule entreprise, et sans chercher, le plus souvent, ni à orienter cette innovation vers la transformation effective des modèles, ni à la développer aussi dans les champs du social, de l’agencement des acteurs, de la construction collective de politiques publiques, de la recherche de solutions systémiques… Le soutien aux nouvelles technologies de l’information par exemple, au delà du seul (bien qu’important aussi) équipement, pourrait il être envisagé pour reconstruire de novelles solidarités collectives, locales, dans une logique d’innovation sociale.
En matière de revitalisation des territoires, de même, le PS envisage et prévoit d’accompagner les territoires dans les difficultés occasionnées par les fermetures massives. Les aider à faire face, les doter en moyens d’accompagnement supplémentaires.
Indispensable aussi, bien entendu. Il y va de la cohésion régionale, et aucun développement ne pourrait être pérenne si des inégalités criantes se creusaient.
Mais là encore le PS ne va pas jusqu’au bout et reste sur le registre de l’accompagnement dans la difficulté, sans envisager l’accompagnement dans la mutation des territoires, dans la conversion écologique des territoires.
Ainsi, les exemples sont nombreux de propositions qui agissent sur les causes plus que sur les effets. Le plan cancer tel qu’il est décrit est aussi décrit dans une logique de solidarité avec ceux qui seront malades, come une fatalité, mais pas sur l’anticipation, la lutte contre les effets d’épidémie moderne liées à l’environnement, aux conditions de vie. La culture est envisagée comme un moteur d’épanouissement et de développement à venir. Bien entendu nous sommes d’accord, mais du coup, il faut se poser la question de ce qui favorise la création, l’expression… de tous, et donc l’accès de tous à l’expression sous toutes ses formes, y compris dans la cité, dans le cadre d’un vrai renouveau démocratique.
Bref, globalement un programme solidaire, pas inintéressant, mais qui reste vertical, pas pensé pour infléchir et transformer le modèle de développement, ce qui, du point de vue d’Europe Ecologie, constitue la clé d’une action efficace et à la hauteur de l’enjeu économique, social et écologique auquel nous sommes confrontés.
Je critique, je critique, mais il faut quand même souligner des points d’accord et de bonnes surprises.
Agir d’urgence sur le logement, à commencer par le très social, mobiliser pour cela tous nos outils régionaux, y compris fonciers… Intégrer aussi la question de la qualité des logements : leur performance thermique, leur confort… sont autant de préconisations sur lesquelles nous sommes d’accord. Ce d’autant qu’il nous faut rattraper le « loupé » de l’ANRU : un investissement massif dans le logement social qui, pendant longtemps, n’a pas pris en compte ces enjeux et qui oblige à ré intervenir derrière, sur argent public toujours, pour aider les ménages qui se retrouvent dans la précarité énergétique…
Et les bonnes surprises :
-une généralisation de l’éco et socio conditionnalité des aides publiques : depuis le temps qu’on le réclame.
-une intervention en matière d’agriculture qui vise à la conversion du secteur : agriculture bio, circuits courts…

Publicités

0 Responses to “Programmes pour les régionales- lectures comparatives (2)”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Jean François CARON

Maire de Loos en Gohelle

Rejoignez 3 232 autres abonnés

suivez moi sur twitter

Archives


%d blogueurs aiment cette page :